WELCOME TO THE JUNGLE

Les jardins de la Villa Datris ont toujours été pour les artistes une manière de faire des propositions uniques en s’appropriant les arbres, les massifs et les bords de Sorgue. Cette année, ils sont nombreux à y prendre place.
Les Paresseux d’Élodie Antoine se sont installés sur les branches des arbres du jardin Nord et du jardin sud. Une Bête en acier de Julien Allègre, un cheval géant et coloré de Robert Combas, deux Cervidés aux formes minimalistes de Didier Marcel accueillent les visiteurs démontrant ainsi la pluralité des expressions artistiques présentées à la Fondation Villa Datris.
La question de la pollution et de la difficulté à recycler est mise en évidence grâce à une grande tête colorée d’éléphant réalisée par BORDALO II à partir de déchets plastiques. De nombreuses œuvres en bronze telle la horde de loups de Roland Cognet, les ruches de Johan Creten ou encore un lièvre dansant de Barry Flanagan viennent prendre place au milieu de la végétation.
Au bord de l’eau, un oiseau vert de Xavier Veilhan semble posé en toute quiétude, dévoilant ses nombreuses facettes. Et parce que le monde animal peut aussi être caractérisé par des sons, une cabine téléphonique créée par Knud Viktor, propose d’entendre chants et bruits d’animaux du Luberon.

 Sentinelle, Francoise Pétrovitch

Courtesy Semiose galerie, Paris Photo : ©Franck Couvreur

Ours, Erik Dietman

©Erik Dietman/ADAGP, Paris 2019. Courtesy Galerie Papillon, Ceysson & Benetiere. Photo : ©Franck Couvreur

Jardin nord de la Villa, avec les œuvres d’Élodie Antoine, Robert Combas, Julien Allègre

Photo : ©Franck Couvreur

Plastic Elephant, BORDALO II

Collection RAJA Art. Photo : ©François Castelot